« God save the Pim’s » : Les Pim’s

« God save the Pim’s » : Les Pim’s

Bèl bonjou mes foodlovs
Aujourd’hui…

Ma recette des Pim’s fait maison.

 

2-en-herbe
    Niveau : Pâtissier en herbe

 


 

Artisanal vs Industriel – Round 3

Avant-dernière recette de ce mois, et donc, de cette thématique : les « Pim’s » !

Vous savez, ce petit gâteau à base de génoise et de gelée d’oranges, le tout recouvert d’une couche de chocolat noir croquant.

Ça a l’air compliqué dit comme ça, mais sincèrement, quand vous lirez les étapes, vous vous rendrez compte de la simplicité du truc. C’est une génoise des PLUS FACILES que l’Humanité aie pu inventer ! Avec un peu de gelée d’oranges (maison ou achetée) et du chocolat fondu qu’on tartine dessus. Alors, ce n’est pas simple ?

Ce gâteau est originaire de Grande-Bretagne et est originellement appelé « Jaffa Cakes ». Il a été créé en 1927 par la société MacVitie & Price ( = McVities de nos jours, vous savez, les Hobnobs !). À l’origine, il est fourré à la confiture d’oranges.

Pour ma part, n’ayant pas fait le fourrage moi-même (ma gelée Orange-Cannelle n’a pas pris), j’ai dû opter pour une solution d’urgence et utiliser la confiture/marmelade d’abricots qui trainassait chez moi.

Quoiqu’il en soit, ces petites douceurs sont une réussite même à l’abricot !

J’ai trouvé la recette sur le site de la Super Supérette ! Elle est top et limpide.

Artisanal 3 – 0 Industriel

 

🗝  Tenez, le sésame 😇

 


 

ingredients-recetteIngrédients

 

Pour environ 13 pim’s :
25mn de préparation
2h de repos au frais après nappage
7mn de cuisson à 180°C

 

La génoise

  • 8g de farine T55
  • 17g de maïzena
  • 1 oeuf
  • 1/3 de pincée de sel
  • 2g de levure chimique
  • 25g de sucre

📌  Épices habituelles : cannelle, essence d’amande amère (appelé aussi « noyau »), sucre vanillé, extrait d’essence de vanille (ou arôme)

 

Le fourrage à la gelée (ou marmelade)
(Je l’ai fait à l’abricot mais à la base je souhaitais faire Orange-Cannelle)

  • 120g de marmelade à l’orange
  • 1/4 c à café de cannelle moulue

 

Le nappage au chocolat noir

  • 100g de chocolat noir dessert
  • 10g de beurre

 

preparation-recettePréparation

 

La génoise

  1. Séparer le blanc et le jaune. Réserver le blanc.
  2. Blanchir le jaune avec le sucre.
    • Et le sucre vanillé si vous en mettez.
  3. Dans un autre récipient, tamiser la farine, la maïzena et la levure ensemble.
  4. Ajouter ces ingrédients secs ainsi que les épices habituelles au mélange jaune-sucre.
    • Cela va vous sembler dur et sec. J’ai douté aussi mais au final vous verrez… Faites confiance à la vie. Ou du moins à la recette.
  5. Battre le blanc en neige avec le sel.
  6. Incorporer DÉLICATEMENT, en 2 fois et à la maryse le blanc en neige au mélange précédent. Il finira par se détendre.
  7. Sur une feuille de papier cuisson déposée sur une plaque, déposer de jolis petits tas ronds avec une cuillère à café.
  8. Mettre au four pendant 7mn à 180°C.
    • Sur mes photos, mes génoises étaient bonnes mais un peu trop cuites car j’avais mis 10mn alors que j’aurais pu les enlever à 7.
  9. Enlever les gâteaux de la plaque et les laisser refroidir.

 

Le fourrage

  1. Mélanger la marmelade/gelée avec la cannelle.

 

Le nappage

  1. Au bain-marie, faire fondre le chocolat avec le beurre.

 

L’assemblage

  1. Prendre un petit gâteau et déposer de la marmelade sur la face plate.
  2. A l’aide d’un couteau ou d’une mini-spatule, étaler le chocolat fondu sur l’ensemble de cette face plate.
  3. Mettre au frais tous les gâteaux pendant au moins 2h.

 

conseil-recetteConseils/Astuces
  • Il faut absolument avoir un fourrage qui se tienne bien, très très ferme afin qu’il puisse tenir sur le biscuit et que vous puissiez étaler le chocolat dessus.
  • Pour garder votre chocolat fondu pendant le dressage de vos biscuits, laissez en place le bain-marie. Seulement, laissez juste la moitié ou le tiers de la casserole sur le feu (que vous aurez préalablement baissé sur feu moyen-fort).
  • Pour moi, la mise au frais de 2h est indispensable afin d’avoir une couche de chocolat bien croquante, comme les Pim’s de Lu.

 



3 thoughts on “« God save the Pim’s » : Les Pim’s”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *